L’entrepreneuriat collectif, un modèle à promouvoir!

par dans Mon entreprise

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Du 6 au 9 octobre 2014, j’ai eu le plaisir d’assister, à Québec, à la 2e édition du Sommet international des coopératives. Sous le thème « Le pouvoir d’innover des coopératives », cet événement biennal a accueilli plus de 3 000 personnes provenant de 93 pays.

Étant moi-même en démarrage d’une coopérative de solidarité, la perception des jeunes par rapport aux coopératives m’intéressait particulièrement. Je désirais aussi en apprendre davantage sur la façon dont ce modèle d’entreprise pouvait profiter d’outils numériques et procéder pour faire la promotion de ses valeurs.

D’entrée de jeu, j’ai été impressionnée par la présence d’autant de participants provenant de différents pays. L’idée d’entendre ce qu’ils avaient à dire, considérant leurs différentes cultures, m’intéressait beaucoup. J’ai été aussi enjouée de voir autant de jeunes âgés de 18 à 35 ans participer à l’événement grâce au programme Jeunes leaders dont Gaz Métro est fière partenaire. J’ai remarqué d’ailleurs plusieurs jeunes en action lors d’une soirée de réseautage au Cercle. Leur volonté de prendre la parole, de s’entraider et de réussir leur projet, en plus de prendre place sur scène lors d’un prochain Sommet, était remarquable. C’était, d’autant plus, très beau à voir considérant que l’avenir du mouvement coopératif passe principalement par cette jeune relève qui fut d’ailleurs très bien représentée par Gabriela Ana Buffa, représentante jeunesse mondiale d’Alliance coopérative internationale, laquelle a très bien résumé leurs besoins.

Il est bien de se rappeler qu’une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire des aspirations, des besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d’une entreprise collective où le pouvoir s’exerce démocratiquement.
Depuis les dernières années, le modèle coopératif a fait beaucoup de chemin. Les initiatives visant à le faire connaître sont de plus en plus nombreuses et il suscite beaucoup plus d’attention. Il demeure toutefois encore peu populaire auprès des nouveaux entrepreneurs. Basée, entre autres, sur des valeurs de solidarité, de coopération et de dureté, la perception actuelle de cette formule se résume, par exemple, au fait qu’elle rejoint principalement le domaine agricole, qu’elle est peu techno et de petite taille. Pourtant, il existe plusieurs grandes coopératives reconnues dans le monde qui connaissent des impacts sociaux énormes. À titre d’exemple, au top 300 des plus grandes coopératives mondiales, le Mouvement Desjardins se positionne au 41e rang. Il génère des revenus de 2 200 milliards de dollars américains.

 

L’importance de la promotion du modèle coopératif

Positionner le mouvement coopératif, dont le besoin de véhiculer une image de marque commune et de faire des efforts promotionnels concertés pour forger une identité économique propre au mouvement coopératif, a été mentionné à plusieurs reprises durant les différents forums du Sommet. Pour y parvenir, les acteurs doivent d’abord cesser d’être timides et s’afficher durant les événements, que ce soit sous forme de témoignages dans les médias sociaux ou lors de différentes campagnes médias. C’est de cette façon que les valeurs du modèle coopératif seront les mieux valorisées. Le message envoyé doit être visible, autant auprès des nouvelles générations que des dirigeants d’entreprises de ce monde. Leur implication est importante pour que le modèle coopératif fonctionne à la hauteur de ses performances.

En effet, les décideurs doivent collaborer et accepter la nécessité de s’adapter aux nouvelles réalités pour que nos coopératives subsistent. La formation et l’éducation de ce modèle sont d’une grande importance pour l’avenir afin d’aider les jeunes à planifier, lancer, administrer et bien gérer des coopératives. Les intégrer dans les conseils d’administration, leur donner une plus grande place dans les coopératives existantes, communiquer avec eux davantage par courriel et les médias sociaux, créer des projets en lien avec les secteurs qui les intéressent réellement et offrir du mentorat font partie des solutions concrètes qui ont retenu mon attention.

 

Lu sur Twitter 

 

Vous êtes impliqués de près ou de loin dans l’univers des coopératives? Quelles sont les idées que vous aimeriez voir mises en place afin de mieux les valoriser? Je vous invite à m’en faire part dans les commentaires.

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

4 commentaires

  • […] Lire mon article : L’entrepreneuriat collectif, un modèle à promouvoir! […]

    Répondre à MacQuébec, coopérative de solidarité voit enfin le jour
  • Stéphanie Gaudreault, d'Espace Koala

    Tout d’abord Kim, merci pour ce beau récapitulatif. Je l’avais mis de côté dans mon dossier «À lire», et je ne suis pas déçue de mon choix 🙂

    Lorsque tu dis;
    «Positionner le mouvement coopératif, dont le besoin de véhiculer une image de marque commune et de faire des efforts promotionnels concertés pour forger une identité économique propre au mouvement coopératif, a été mentionné à plusieurs reprises durant les différents forums du Sommet.»
    je suis d’accord avec cet énoncé. Je trouve que l’uniformité d’un discours promotionnel pour le modèle coopératif serait un bon départ pour faire connaître le mouvement. On pourrait, à l’aide peut-être d’un sceau ou logo, afficher nos couleurs sur le web et les médias sociaux. Déjà, les gens pourraient être au courant et constater le nombre d’entreprises coopératives dans leur quotidien. Un peu comme on voit des étiquettes biologiques sur les produits à l’épicerie. Ce sceau créait un certain ralliement virtuel entre les coops québécoises, voire canadiennes.

    Ensuite, en ce qui a trait aux efforts concertés pour faire la promotion du mouvement, je ne demande que ça ! Je prends souvent l’exemple de l’association des chiropraticiens, qui, au lieu que chacun de ses membres fassent une petite pub par-ci par-là avec un budget individuel plus que restreint, a décidé de lancer une grande campagne à large déploiement qui met en valeur leur profession et ses avantages. Je trouve cette idée de rassemblement tout à fait en lien avec les valeurs coopératives d’entraide et de collaboration.

    Alors voilà, on a déjà un bon programme avec ces deux objectifs. Commençons par ça et on pourrons déjà, selon moi, constater des résultats concrets assez rapidement.

    Ah oui, nous pouvons aussi tous faire pression au niveau du gouvernement actuel qui souhaite regrouper toutes les Coopératives de Développement Régional (CDR) en une seule organisation. Cette manoeuvre d’austérité est une grave erreur puisqu’elle empêcherait ce réseau de continuer de faire son travail sur le terrain et en région. Les coopératives ont fait leurs preuves depuis longtemps, couper aveuglément dans cet organisme qui fait la promotion, la formation et le suivi des coopératives est vraiment, selon moi, une stratégie bureaucratique qui n’a aucun sens pour favoriser l’économie locale au Québec.

    Merci Kim pour ce bel article.

    Répondre à Stéphanie Gaudreault, d'Espace Koala
    • Kim Auclair

      Merci à toi Stéphanie. Je viens de lire ton commentaire ( très ) en retard !!! 🙂 À bientôt

      Répondre à Kim Auclair

Laisser un commentaire