Trois grandes lignes directrices

D'une part, Gaz Métro souhaite permettre à ses clients de réduire leur consommation par la mise en place de son Plan global en efficacité énergétique, qui vise à promouvoir l’usage des technologies propres et efficaces. Gaz Métro s’inscrit aussi dans une démarche de développement durable par le remplacement d’énergies plus polluantes, comme le mazout et le diesel, par du gaz naturel. Enfin, pour bien entamer une démarche de développement durable, il faut aussi miser sur des énergies innovatrices qui produisent peu ou pas de gaz à effet de serre (GES).
Lire plus Lire moins
  • Moins consommer

    Programmes d'efficacité énergétique

    Au total, Gaz Métro compte plus de 20 programmes d’efficacité énergétique adaptés à ses clients, du secteur résidentiel à la grande industrie. Des subventions pour des appareils à haute efficacité énergétique jusqu’aux programmes pour l’implantation de mesures efficaces, plusieurs solutions permettent aux clients de réduire leur consommation d’énergie et d’économiser sur leurs coûts, tout en diminuant leurs émissions de gaz à effet de serre.

    En savoir plus
    Lire plus Lire moins

    Investissements en recherche et développement

    Pour mieux continuer de favoriser l’efficacité énergétique auprès de ses clients, Gaz Métro contribue à son essor par la recherche et le développement. Elle entretient à cette fin un partenariat avec le Centre des technologies du gaz naturel (CTGN), dont la mission est de mettre au point de nouvelles technologies gazières dans le but d’améliorer l’efficacité énergétique.
    Lire plus Lire moins
  • Mieux consommer

    Le gaz naturel comme carburant

    Dans le domaine du transport, le gaz naturel a fait ses preuves et se distingue par sa combustion plus propre que celle des moteurs diesel. Chaque camion qui roule au gaz naturel liquéfié (GNL) ou au gaz naturel comprimé (GNC) plutôt qu’au diesel permet une diminution des GES pouvant atteindre jusqu’à 25 %, en plus de supprimer presque entièrement l’émission de contaminants atmosphériques. À l’échelle mondiale, plus de 20 millions de véhicules carburent déjà au gaz naturel.

    Du gaz naturel liquéfié pour réduire les GES des industries et des mines

    L’utilisation du GNL en remplacement du mazout permet de diminuer de 32 % les GES des entreprises du secteur industriel, qui sont responsables du tiers des émissions de GES au Québec. Les industries et les mines situées en régions éloignées comme la Côte-Nord et le Nord québécois, non desservies par le réseau gazier, peuvent maintenant envisager elles aussi d’avoir accès au gaz naturel grâce à un approvisionnement en GNL par camions-citernes.
    Lire plus Lire moins
  • Développer les énergies renouvelables

    Éolien

    Gaz Métro investit dans la production d’énergie éolienne à la fois au Québec, avec son partenaire Boralex, et au Vermont, avec sa filiale Green Mountain Power. Le parc éolien de la Seigneurie de Beaupré, à Québec, et ceux de Searsburg et Kingdom, au Vermont, sont des projets qui permettent à Gaz Métro de miser sur cette énergie renouvelable produite à partir du vent.

    En savoir plus

    Biométhane

    Le biométhane est un gaz naturel renouvelable à 100 % créé à partir de matières organiques, comme nos déchets de table. Ce gaz naturel renouvelable et carboneutre produit localement peut être injecté dans le réseau gazier ou utilisé directement pour chauffer des bâtiments ou comme carburant. C’est un grand pas vers l’autonomie énergétique.

    En savoir plus

    Solaire

    Le soleil est une source d’énergie naturelle qui donne la possibilité de produire de l’énergie électrique ou de réduire sa consommation d’énergie, ce qui permet là encore de réduire les émissions de GES. Le solaire occupe une place très modeste dans le portefeuille énergétique du Québec – elle était inférieure à 1 % en 2013 –, mais son potentiel est immense.

    En savoir plus

L'apport de Gaz Métro au marché du carbone

Depuis le 1er janvier 2015, Gaz Métro doit couvrir ses émissions GES et celles de ses clients, particuliers et entreprises, en achetant des droits d’émission de GES. Trois possibilités s’offrent à Gaz Métro pour se procurer ces droits d’émission : les ventes aux enchères organisées entre le Québec et la Californie, le rachat des surplus d’autres entreprises et l’acquisition de crédits compensatoires générés par l’industrie.
Lire plus Lire moins

Acquisition de crédits compensatoires

À l’automne 2015, Gaz Métro a acquis les premiers crédits compensatoires générés au Québec dans le cadre du SPEDE auprès de l’entreprise Recyclage ÉcoSolutions inc. Les crédits compensatoires proviennent de la destruction, de 2009 à 2011, de 81 tonnes de CFC, de puissants gaz à effet de serre, contenus dans des vieux réfrigérateurs et autres appareils réfrigérants domestiques.
Lire plus Lire moins