Assemblée annuelle des associés de Société en commandite Gaz Métro - Allocution de Sophie Brochu

17 Mars 2010 - Allocutions

Montréal, le 17  mars 2010

Allocution prononcée par Sophie Brochu
Présidente et chef de la direction

(Seule la version prononcée fait foi)

Mesdames, Messieurs, bonjour et bienvenue !

Comme vous le savez, l'année 2009 s'est déroulée sous le signe d'une tempête économique mondiale. Une tempête d'une rare intensité qui a malheureusement emporté de nombreux équipages.

Il est connu que le gros temps et l'adversité sont l'occasion ou jamais de vérifier la solidité du navire.

Gaz Métro n'a certes pas été épargnée par les turbulences de l'économie mondiale, mais la tempête qui a fait rage aura permis de confirmer une chose essentielle : votre société était bien préparée.

Bien préparée pour faire face au mauvais temps. Bien préparée aussi pour profiter au maximum de toutes les éclaircies qui se sont présentées, çà et là, au cours de l'année.

Afin de mettre le tout en perspective, je vous propose aujourd'hui trois choses.

  • Tout d'abord, brosser un portrait de nos résultats de l'année 2009, laquelle affiche une très belle feuille de route malgré un vent de face du plus mauvais augure. Nous aurons l'occasion de constater ensemble que la stratégie de développement poursuivie par Gaz Métro au fil des dernières années s'est révélée particulièrement profitable en ces temps difficiles.
  • Je vous parlerai ensuite des résultats financiers du 1er trimestre de l'exercice en cours ainsi que des perspectives de marché qui s'avèrent somme toute favorables et qui nous permettent d'envisager l'année 2010 avec un optimisme prudent.
  • Enfin, je veux aussi vous entretenir du cap que nous entendons maintenir, c'est-à-dire de nos priorités  et de nos projets d'avenir.


Exercice 2009

Résultats consolidés

Bref retour, donc, sur l'année 2009, alors que de nombreux investisseurs prudents se sont réfugiés sous la voilure de Gaz Métro. Ils ont bien fait.

Entre le 1er septembre 2008 – date symbolique du début de la crise financière mondiale – et le 12 mars 2010, l'indice boursier TSX a reculé de 12,8 %. Sur la même période, le titre de Gaz Métro s'est apprécié de 3,1 % et votre rendement total annualisé a atteint 12 %.

La confiance de nos investisseurs a également été récompensée par les résultats financiers de la Société.

Le bénéfice net ajusté de Gaz Métro a en effet atteint 159,6 millions $ en 2009, soit 6,3 millions $ de plus que l'exercice précédent.

Il en a résulté un bénéfice net ajusté de 1,32 $ par part, 0,05 $ de plus que pour l'exercice 2008.

Ainsi, malgré un contexte d'adversité économique généralisée, Gaz Métro a maintenu la distribution à ses associés à 1,24 $ par part en 2009, soit le même niveau que durant l'exercice précédent.

Et cette tendance ne se dément pas. Gaz Métro a déjà indiqué qu'elle prévoyait verser des distributions de 0,31 $ par part au cours de chacun des trimestres de l'exercice 2010. La prochaine distribution sera d'ailleurs payable le 1er avril prochain.

Un portefeuille complémentaire

Les bons résultats financiers de Gaz Métro résultent des efforts continus déployés par toute l'organisation pour faire du gaz naturel une source d'énergie prisée par un nombre sans cesse grandissant de Québécois. Ils sont aussi le fruit de la stratégie que Gaz Métro poursuit depuis plusieurs années en vue de diversifier, de façon prudente et ciblée, ses activités, ses territoires et ses opérations.

Un coup d'œil sur le portefeuille de Gaz Métro permet d'en saisir la solidité et la complémentarité.

Accordons-nous quelques instants pour apprécier certaines de ces caractéristiques.

Bien sûr, la distribution gazière au Québec demeure le vaisseau amiral de l'entreprise. Cela dit, au cours du dernier exercice, les activités autres que la distribution gazière au Québec ont représenté plus de 25 % du bénéfice net ajusté de votre société. Ceci se compare à 18 % en 2008.

Certaines de nos activités sont plus sensibles au contexte économique. Il en va ainsi des activités de détail, comme la  distribution de gaz naturel et d'électricité, de même que des services énergétiques que nous fournissons aux particuliers et aux entreprises.

D'autres secteurs d'activité sont par ailleurs moins sensibles aux aléas conjoncturels de l'économie. C'est le cas du transport et de l'entreposage de gaz naturel.

La plupart de nos bénéfices sont générés en dollars canadiens, mais une part non négligeable de nos résultats est réalisée en devise américaine. Cela est d'autant plus vrai depuis l'acquisition de Green Mountain Power, en 2007.

Autre caractéristique qu'il faut également retenir : notre portefeuille est composé d'activités qui sont en très grande majorité encadrées par réglementation, qu'elle soit provinciale, fédérale ou bien américaine.

Au global donc, Gaz Métro dispose d'un portefeuille d'activités résilientes et complémentaires qui offrent l'équilibre et la stabilité recherchés par ses associés.

Année après année, ces activités génèrent les liquidités qui permettent à Gaz Métro d'investir dans l'entretien et l'expansion de ses infrastructures et, aussi, de maintenir des distributions solides à ses associés.

Sachez toutefois que nous ne tenons rien pour acquis. Gaz Métro gère ses capacités financières avec beaucoup de rigueur et de vigilance.

L'entreprise jouit d'ailleurs de notations de crédit de grande qualité et consacre tous les efforts requis pour  les  maintenir.

1er trimestre 2010

Résultats consolidés

Tournons-nous maintenant vers l'exercice 2010.

Gaz Métro a complété le premier trimestre financier avec un bénéfice net ajusté de 79,1 millions $ ou 0,66 $ par part. Il s'agit d'une augmentation de plus de 11 % du bénéfice net ajusté par rapport à la même période l'an dernier.

Ces bons résultats s'expliquent essentiellement par deux facteurs.

  • Premièrement, le succès obtenu par Gazoduc TQM devant l'Office national de l'énergie, lequel lui a consenti une augmentation sensible du taux de rendement sur l'avoir des associés pour les exercices 2007 et 2008, augmentation qui s'est reflétée sur les tarifs provisoires de 2009.
  • Deuxièmement, un contexte de marché qui s'avère très favorable à la distribution du gaz naturel.

Laissez-moi vous en parler plus longuement.

Contexte de marché

Ce contexte de marché en est un que les observateurs qualifient « d'abondance en matière d'approvisionnement gazier ».

Au cours des 18 derniers mois, il s'est en effet créé un écart substantiel entre l'offre et la demande de gaz naturel en Amérique du Nord.

Au sud de nos frontières, une nouvelle technologie d'exploration par forages horizontaux a permis la découverte et la mise en exploitation de réserves considérables de gaz naturel issu des formations géologiques de schistes.

En seulement deux ans, la production de gaz naturel aux États-Unis a augmenté de 12 %. C'est beaucoup quand on sait que cette production est demeurée stagnante tout au long de la dernière décennie!

Les forages horizontaux ont complètement changé la dynamique du marché gazier nord-américain. Ils permettent à la fois d'augmenter la productivité des puits mis en production et de réduire significativement les coûts d'exploration.

C'est le joker que personne ne s'attendait à voir apparaître dans le jeu et qui change radicalement la donne.

C'est vrai aux États-Unis, mais aussi dans l'Ouest canadien où les observateurs anticipent également une contribution de plus en plus importante des gaz de schistes au cours des prochaines années.

Bien évidemment, nous suivons avec beaucoup d'intérêt les travaux d'exploration de gaz de schiste actuellement menés au Québec par plusieurs producteurs gaziers. Leurs intérêts se situent dans la vallée du St-Laurent, entre Montréal et Québec, soit en plein cœur du territoire déjà desservi par notre réseau. Gaz Métro est donc bien positionnée pour acheminer jusqu'aux marchés le gaz éventuellement découvert sur son territoire.

Dans tous les cas de figure, on peut anticiper que l'offre continentale de gaz naturel va demeurer robuste au cours des prochaines années.

Cet état de fait contribuera à maintenir les prix du gaz naturel relativement bas et stables à court et moyen termes. Ce sera le cas au Québec comme dans le reste de l'Amérique du Nord. Et cela malgré une reprise graduelle de l'économie qui mènera, inévitablement, à un raffermissement de la demande.

Je vous rappelle que Gaz Métro n'est pas un producteur de gaz naturel. Notre rentabilité n'est donc aucunement affectée par la baisse de prix qui profite, par ailleurs, à nos clients.

Déjà, le rôle grandissant des ressources non classiques a brisé la relation qui existe depuis toujours entre les prix du pétrole et ceux du gaz naturel.

Depuis un an, le prix du gaz naturel offert par Gaz Métro est inférieur à celui qu'elle a affiché au cours des six dernières années.

Le gaz naturel est actuellement concurrentiel sur tous nos marchés et par rapport à toutes les autres formes d'énergie.

Il l'était depuis de nombreuses années dans le marché affaires. Aujourd'hui son prix bat celui de l'électricité et du mazout dans les marchés résidentiel, commercial, institutionnel et industriel.

Notre compétitivité contribue directement à la vigueur de la signature de nouveaux contrats pour Gaz Métro.

À la fin de l'exercice 2009, le nombre de nos clients au Québec frôlait les 180 000.

Au cours du premier trimestre 2010, le nombre de nouveaux contrats signés au Québec dans les marchés résidentiel et commercial a augmenté de près de 15 % par rapport à la même période l'an dernier.

Nous avons même surpassé de plus de 2 % les contrats signés au premier trimestre de l'exercice 2008, une année où Gaz Métro avait connu un record en la matière !

Il y a deux ans, sur cette même tribune, j'avais affirmé notre intention de tout faire pour rapatrier les clients industriels qui nous avaient quitté au profit du mazout lourd.

Je suis ravie aujourd'hui de vous confirmer le retour en force du gaz naturel dans le secteur industriel. Là où notre réseau est accessible, il y détrône le mazout lourd depuis maintenant plus d'un an.

Là encore, c'est une excellente nouvelle pour Gaz Métro et ses associés.

Et c'est aussi une excellente nouvelle pour l'environnement, puisque le gaz naturel émet 31 % de moins de GES que le mazout et que contrairement à ce dernier, il n'émet pratiquement aucun contaminant atmosphérique.

Projets d'avenir

Diversifier et grandir avec le bleu

Cette tendance forte pour rallier énergie et environnement m'amène à la troisième partie de mon intervention : nos projets d'avenir.

Le premier de ces projets consiste pour Gaz Métro à étendre sa portée commerciale jusque dans le secteur du transport terrestre, où nous sommes aujourd'hui absents.

À l'instar de plusieurs initiatives similaires à travers le monde, notamment en Californie et en Australie, nous aspirons à faire du gaz naturel un carburant privilégié, notamment par les flottes de véhicules lourds qui roulent actuellement au diesel.

Il faut savoir qu'au Québec, le secteur du transport routier constitue le plus grand émetteur de gaz à effet de serre avec 40 % des émissions totales.

Le transport lourd de marchandises génère, à lui seul, 32 % des émissions de GES du transport routier québécois.

La plus forte concentration de déplacements de camions lourds se retrouve entre le Québec et l'Ontario, 4e zone économique en Amérique du Nord. Chaque semaine, 48 000 déplacements sont ainsi effectués via les autoroutes 20 et 401.

Il est reconnu que les véhicules qui utilisent le gaz naturel permettent une réduction des émissions de GES de l'ordre de 25 % par rapport au diesel et aux autres carburants pétroliers. Il s'agit d'une solution existante et accessible pour réduire l'empreinte environnementale de l'activité économique.

Nous avons bon espoir de donner vie à cette filière au Québec. Une filière prometteuse au plan environnemental, mais aussi au plan commercial puisqu'il s'agirait d'un tout nouveau débouché pour le gaz naturel.

Biométhanisation

Cette même mouvance qui mise sur la compatibilité « environnement – énergie » pave la voie à une autre opportunité commerciale pour Gaz Métro : celle de la biométhanisation des matières organiques.

De la volonté même du gouvernement du Québec, les matières organiques ne seront plus, comme avant, acheminées vers des sites d'enfouissement, mais bien dirigées vers des centres de biométhanisation qui les convertiront, ni plus ni moins, en gaz naturel.

Gaz Métro travaille ainsi avec différents partenaires afin de définir les modalités techniques et économiques d'injection de ce nouveau type de gaz dans son réseau, le tout afin de continuer d'assurer un service fiable et sécuritaire.

Nous serons à même d'acheminer du gaz naturel renouvelable jusqu'aux marchés que nous desservons.

Notre métier et nos actifs sont en effet éminemment compatibles avec cette solution que Gaz Métro juge prometteuse pour contribuer à répondre aux besoins énergétiques du Québec.

Gaz Métro sera un partenaire commercial de cette filière énergétique d'avenir. Le tout, dans le meilleur intérêt de nos clients et de nos investisseurs.

Éolien

Énergie et environnement sont également les piliers du développement de notre grand projet éolien.

L'été dernier, Gaz Métro et son partenaire Boralex ont obtenu le décret du  gouvernement du Québec autorisant la mise en place des deux projets éoliens sur les terres de la Seigneurie de Beaupré, propriété du Séminaire de Québec.

Les équipements installés sur ces terres de la Seigneurie totaliseront une puissance installée de 272 mégawatts ; ce qui en fait l'un des plus grands parcs éoliens actuellement projetés au Canada.

2010 sera notamment consacrée à l'élaboration de notre stratégie de financement pour ce projet d'environ 800 millions $ et qui jouit par ailleurs d'un contrat de 20 ans avec Hydro-Québec.

Les travaux de construction devraient se dérouler majoritairement en 2012 et 2013. La mise en service du projet est prévue en décembre 2013.

Un mot sur Rabaska pour vous dire que ce dossier est toujours actif.

Au cours des derniers mois, Rabaska a exercé l'ensemble de ses options d'achats sur les terrains nécessaires à l'implantation éventuelle des installations requises pour transborder du gaz naturel.

L'équipe de projet est à conclure ces transactions d'un montant d'environ 7,5 millions $ avec les propriétaires fonciers concernés.

Tout cela se fait évidemment dans le respect des engagements pris auprès du gouvernement du Québec et de la ville de Lévis.

L'équipe de projet poursuit ses démarches en vue de sécuriser à long terme les approvisionnements en gaz naturel liquéfié du terminal.

Comme vous pouvez le constater, Gaz Métro bouge, Gaz Métro évolue, Gaz Métro grandit !

Prenant ancrage dans notre métier de distributeur gazier, nous sommes à devenir un énergéticien engagé qui propose à ses clients des solutions énergétiques durables.

Appuyé sur les assises solides que sont le transport et la distribution du gaz naturel, notre bleu se décline aujourd'hui en opérations et projets énergétiques porteurs :

  • La distribution d'électricité au Vermont ;
  • La production d'énergie éolienne ;
  • L'utilisation du gaz naturel comme carburant ;
  • La valorisation des matières organiques.

Bref, notre vision complémentaire et inclusive de l'énergie nourrit notre ambition visant à faire de Gaz Métro une entreprise d'avant-garde dans le domaine de l'énergie et un partenaire incontournable d'une société québécoise résolument tournée vers l'avenir.

Comme plusieurs d'entre vous, je suis une associée de Gaz Métro et j'ai confiance.

Confiance que les résultats atteints au cours du dernier exercice et du premier trimestre de 2010 paveront la voie à nos progrès commerciaux et financiers.

Je dis souvent que Gaz Métro a un code génétique fort : celui d'une entreprise guidée par une vision à long terme dans ses efforts pour assurer son développement et augmenter ses parts de marché.

Celui d'une organisation qui prise la satisfaction de sa clientèle.

Une organisation dont les hommes et les femmes qui y travaillent ont à cœur de se mériter chaque jour la confiance de nos clients, de nos associés et de toute une société.

Pour toutes ces raisons, Gaz Métro se porte bien et elle a tout ce qu'il faut pour aller encore mieux demain.

Avant de redonner la parole à notre président du conseil, je souhaite vous faire une mise à jour concernant le plan d'équité fiscale du gouvernement  fédéral.

Le conseil d'administration de Gaz Métro inc., commandité de Société en commandite Gaz Métro et filiale à part entière de Noverco Inc., poursuit l'analyse des différentes options qui s'offrent à Gaz Métro dans le contexte de la réforme du traitement fiscal des sociétés en commandite et des fiducies de revenus qui sont des « entités intermédiaires de placement déterminées » (EIPD).

À cet effet, je vous informe qu'un comité du conseil composé uniquement d'administrateurs indépendants a été créé pour évaluer les incidences des options envisagées sur le public investisseur et que des discussions ont été amorcées avec l'Agence du revenu du Canada. Je tiens aussi à vous préciser que l'intention est de maintenir la présence du public investisseur parmi les parties prenantes de Gaz Métro.

Quel que soit le scénario retenu, il est prévu que celui-ci soit mis en œuvre vers le 30 septembre 2010 afin de bénéficier le plus longtemps possible du traitement fiscal attrayant que confère la structure actuelle.

Voilà. Cette précision faite, je vous remercie de votre attention et je redonne la parole à M. Gignac.

Retour aux nouvelles