Desserte en gaz naturel de la Côte-Nord et des régions éloignées - Gaz Métro se réjouit des orientations prévues dans le budget du gouvernement du Québec

4 Juin 2014 - Communiqués de presse

Québec, le 4 juin 2014 – Gaz Métro se réjouit des orientations annoncées plus tôt aujourd'hui par le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, lesquelles visent à permettre à la Côte-Nord et aux autres régions éloignées du réseau gazier d'avoir accès à du gaz naturel liquéfié (GNL) dès 2016.

L'usine de liquéfaction, stockage et regazéification (LSR) de Gaz Métro, située dans l'est de Montréal, sert depuis plus de 40 ans à l'approvisionnement des clients du réseau gazier en périodes de pointe. Depuis près de trois ans, Gaz Métro a aussi recours à la capacité de liquéfaction excédentaire de l'usine LSR pour approvisionner des entreprises qui ont besoin de GNL. La possibilité d'agrandir l'usine est présentement à l'étude pour approvisionner des entreprises et des transporteurs québécois qui ont affirmé, au cours des derniers mois, avoir besoin de GNL d'ici 2016, tels que : la Société des traversiers du Québec, Transport Robert et la minière Stornoway.

L'automne dernier, Gaz Métro a procédé à la réalisation de l'ingénierie détaillée d'un projet qui porte sur l'ajout de capacité de liquéfaction à son l'usine existante afin de répondre rapidement aux besoins en GNL qui se dessinent sur le marché québécois. « Nous envisageons avec enthousiasme de rendre disponible d'ici moins de deux ans une source d'énergie concurrentielle et plus propre aux entreprises de la Côte-Nord et d'autres régions éloignées, ainsi qu'aux transporteurs routiers et maritimes. Le recours au GNL issu de l'usine LSR permettrait de remplacer des produits pétroliers plus coûteux et beaucoup plus émissifs et même d'être, dans certains cas, un incitatif au développement », a déclaré Sophie Brochu, présidente et chef de la direction de Gaz Métro.

De plus, Gaz Métro estime qu'il y aura éventuellement au Québec des besoins en GNL pour des volumes beaucoup plus importants que ceux qui pourraient être produits à la suite de l'agrandissement de son usine. C'est pourquoi l'entreprise voit d'un très bon œil la réflexion que le gouvernement entend faire pour déterminer la meilleure façon d'assurer une desserte encore plus importante des régions éloignées du réseau à plus longue échéance. En ce sens, Gaz Métro offre son entière collaboration au nouveau comité interministériel et à l'ensemble des parties prenantes intéressées par cet objectif.

Gaz Métro tient finalement aussi à saluer la mesure qui prévoit d'importantes déductions fiscales pour les transporteurs maritimes qui souhaiteraient réduire leurs émissions de GES par l'utilisation de technologies plus respectueuses de l'environnement, telles que le moteur à gaz naturel liquéfié.

Gaz Métro en bref
Comptant plus de cinq milliards de dollars d'actifs, Gaz Métro est un important distributeur d'énergie. Principale entreprise de distribution de gaz naturel au Québec, elle y exploite un réseau de conduites souterraines de plus de 10 000 km qui dessert 300 municipalités et rejoint plus de 190 000 clients. Gaz Métro est aussi présente au Vermont, où elle dessert plus de 305 000 clients. Elle y est active sur le marché de la production d'électricité et celui de la distribution d'électricité et de gaz naturel. Gaz Métro s'implique dans le développement de projets énergétiques porteurs et novateurs tels que la production d'énergie éolienne, l'utilisation du gaz naturel comme carburant dans le transport et la valorisation du biométhane. Gaz Métro est un joueur clé du secteur énergétique qui prend les devants pour répondre aux besoins de ses clients, des régions et municipalités, des organismes communautaires et des collectivités en plus de répondre aux attentes de ses associés (GMi et Valener) et de ses employés.

Information :

Gaz Métro
Stéphanie Trudeau
Vice-présidente
Stratégie, communication et développement durable
514 598-3449
strudeau@gazmetro.com
Retour aux nouvelles