Gaz naturel renouvelable : Feu vert au projet d'achat et d'injection entre Gaz Métro et Saint-Hyacinthe

23 Juillet 2015 - Communiqués de presse

Montréal, le 23 juillet 2015 – Gaz Métro et la ville de Saint-Hyacinthe accueillent favorablement la décision rendue par la Régie de l'énergie du Québec, qui autorise Gaz Métro à acheter le gaz naturel renouvelable (GNR) produit par la Ville et à réaliser les travaux de raccordement de réseau qui s'y rattachent. Au terme de ces travaux, jusqu'à environ 13 millions de mètres cubes de GNR par année seront produits par la Ville et ensuite injectés en majeure partie dans le réseau gazier de Gaz Métro, donnant ainsi accès à l'ensemble des consommateurs de gaz naturel au Québec, à une énergie propre et renouvelable, produite localement.

La valorisation des matières résiduelles à leur plein potentiel peut devenir un atout stratégique permettant de générer des économies financières tout en réduisant notre empreinte écologique collective. « En permettant à Gaz Métro de jouer pleinement son rôle de distributeur de gaz naturel au Québec, incluant le gaz naturel renouvelable, nous franchissons un jalon important pour le développement de toute la filière de la biométhanisation au Québec », souligne Martin Imbleau, vice-président, Développement de l'entreprise et énergies renouvelables chez Gaz Métro. « La concrétisation de ce projet avec la ville de Saint-Hyacinthe ouvre une voie d'avenir qu'il faut absolument développer de manière plus importante au Québec. Dans un contexte de lutte aux changements climatiques, la valorisation de nos énergies renouvelables permet à la fois de diversifier notre bouquet énergétique et de contribuer directement à l'atteinte de nos cibles de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. »

Grâce à ce projet, la ville de Saint-Hyacinthe sera la première municipalité à valoriser les matières organiques grâce à la biométhanisation et à utiliser le GNR produit pour ses besoins énergétiques. L'injection du gaz naturel renouvelable dans le réseau de distribution de Gaz Métro devrait débuter en 2017 et, selon l'entente en vigueur, s'échelonnerait sur une période de 20 ans. Cette décision ouvre ainsi la possibilité d'un débouché à tous les producteurs de gaz naturel renouvelable situés à proximité du réseau gazier. Notons que celui-ci sillonne plus de 300 municipalités au Québec.

À Saint-Hyacinthe, ce sont les matières organiques des citoyens et entreprises des 23 municipalités visées par la collecte sélective des bacs bruns qui alimenteront le premier parc de véhicules municipaux en gaz naturel renouvelable, en plus d'être la source d'énergie privilégiée pour le chauffage de bâtiments municipaux. « La production de gaz naturel renouvelable à la ville de Saint-Hyacinthe représente des coûts évités pour la gestion des matières résiduelles municipales et des entreprises environnantes», indique Claude Corbeil, Maire de Saint-Hyacinthe. « De plus, en revendant le surplus de notre production à Gaz Métro, nous créons de nouveaux revenus pour la municipalité qui pourront être réinjectés dans la communauté maskoutaine. Du même coup, l'injection de notre production dans le réseau gazier nous permettra d'auto-consommer notre propre énergie à partir de n'importe quel endroit sur le réseau, ce qui réduira notre facture énergétique de façon importante. »

À propos de la gestion des matières résiduelles et du gaz naturel renouvelable (GNR)

Au Québec, l'enfouissement des déchets génère environ 5,5 %1 de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province. Les municipalités du Québec font face à des choix stratégiques pour se conformer à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles (PGMR)2, qui bannira l'enfouissement des matières organiques résiduelles à partir de 2020. Non seulement le détournement des matières organiques vers la production de GNR permet d'éviter l'émission d'importantes quantités de GES à l'atmosphère, mais ce procédé permet une gestion optimale des matières organiques en générant des économies et des revenus substantiels grâce aux deux extrants produits. D'une part, on obtient un terreau ou fertilisant de haute qualité, et d'autre part, une énergie renouvelable performante, valorisable dans toutes les applications qui utilisent le gaz naturel, incluant le secteur du transport. En choisissant le GNR en remplacement des produits pétroliers, les réductions d'émissions de GES atteignent plus de 99,4  %3, en plus de réduire les particules fines de près de 99  %.

Gaz Métro en bref

Comptant plus de 6 milliards de dollars d'actifs, Gaz Métro est un important distributeur d'énergie. Principale entreprise de distribution de gaz naturel au Québec, elle y exploite un réseau de conduites souterraines de plus de 10 000 km qui dessert 300 municipalités et rejoint plus de 195 000 clients. Gaz Métro est aussi présente au Vermont où elle dessert plus de 305 000 clients. Elle y est active sur le marché de la production d'électricité et celui de la distribution d'électricité et de gaz naturel. Gaz Métro s'implique dans le développement et l'exploitation de projets énergétiques porteurs et novateurs tels que la production d'énergie éolienne, l'utilisation du gaz naturel comme carburant dans le transport et la valorisation du biométhane. Gaz Métro est un joueur clé du secteur énergétique qui prend les devants pour répondre aux besoins de ses clients, des régions et municipalités, des organismes communautaires et des collectivités, en plus de répondre aux attentes de ses associés (Gaz Métro inc. et Valener) et de ses employés.
 
Informations :
Estelle Lacroix
Affaires publiques
514 598-3449
www.twitter.com/gazmetro
www.gazmetro.com/salledepresse


1Source : Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2012 et leur évolution depuis 1990, Ministère du Développement durable de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Tableau 1, Émissions de GES au Québec en 1990 et 2012, p. 11.

2Référence : Ministère du Développement durable de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

3Calcul effectué par Gaz Métro à partir des données de référence fournies par : Facteurs d'émissions et de conversion, Bureau de l'efficacité et de l'innovation énergétiques, Ministère des Ressources naturelles du Québec, version du 7 avril 2014 http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/Facteurs_emissions.pdf

Retour aux nouvelles