Le gaz naturel au Québec : un choix économique et environnemental - Allocution de Guylaine Lehoux

21 Avril 2010 - Allocutions

Mercredi 21 avril 2010

Allocution prononcée par Guylaine Lehoux,
Vice-présidente – Croissance, Gaz Métro

Chambre de commerce et d’industrie
Thérèse-De Blainville


(Seule la version prononcée fait foi)



Le gaz naturel au Québec : un choix économique et environnemental


Bonjour à tous et à toutes,

Je suis très contente d’être avec vous ce midi.
En effet, je pense que pour une vice-présidente Croissance, il n’y a pas de meilleur endroit pour parler de son entreprise, qu’à un organisme qui se définit lui-même comme un espace d’échanges et de croissance. Votre territoire est important pour Gaz Métro. Non seulement parce que le territoire Thérèse-De Blainville compte de très bons clients, mais aussi parce que les clients de Gaz Métro sont de plus en plus nombreux dans votre région.

 En effet, depuis 2005, le nombre de nos clients a plus que doublé sur votre territoire ! Bref, nous sommes sur la même longueur d'ondes que votre Chambre, dont le nombre de membres a connu ces dernières années une progression fulgurante !

D’entrée de jeu, je tiens d’ailleurs à remercier sincèrement la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville, et plus particulièrement votre directrice générale, Mme Véronique Leblanc, pour cette belle invitation. Je profite aussi de l’occasion pour remercier tous les clients qui nous font confiance. Et parlant de confiance, j’en profite également pour saluer nos ambassadeurs sur le terrain : les employés du bureau des Laurentides ainsi que nos précieux partenaires certifiés Gaz Métro, dont certains sont d’ailleurs parmi nous aujourd’hui.

Introduction
Gaz Métro et la Chambre de commerce Thérèse-De Blainville n’ont pas seulement en commun la progression de leur clientèle ou de leurs membres. En effet, j’ai été ravie d’apprendre que l’une de vos priorités était la persévérance scolaire.
C’est une cause que Gaz Métro embrasse depuis de nombreuses années. Une cause pour laquelle nous avons d’ailleurs reçu, en 2009, le prix National/Korn-Ferry d’entreprise citoyenne de l’année.

Je dois vous avouer que nous en retirons une grande fierté ! Le projet 80, ruelle de l’Avenir, dont la valeur a été saluée publiquement à plusieurs reprises et sur lequel nous fondons beaucoup d’espoir, est une occasion unique pour Gaz Métro de s’investir dans sa communauté, au cœur du quartier où se trouve, depuis 1957, son siège social. Un quartier, je vous le rappelle, où la pauvreté sévit malheureusement tous les jours, encore aujourd’hui...

En effet, le décrochage scolaire atteint, dans le seul quartier Centre-Sud, le sommet astronomique de plus de 70 % !
Le projet 80, ruelle de l’Avenir a permis la création d’un espace unique d’apprentissage, qui donne les moyens aux jeunes des écoles primaires et secondaires du quartier, de développer leur plein potentiel. Avec plusieurs partenaires du quartier, nous avons notamment mis à leur disposition une salle multimédia, un centre des arts et des sciences, un gymnase, une grande cuisine laboratoire, une salle de botanique et d’horticulture, un immense « toit-terrasse cultivé » et une toute nouvelle cour d’école.

C’est un exemple parmi d’autres de ce que Gaz Métro tente humblement de réaliser au jour le jour : agir mieux, pour vivre mieux.
Comme vous pouvez le lire derrière moi, Gaz Métro s’est dotée, il y a deux ans, d’un manifeste qui s’intitule la vie en mieux, afin de guider nos actions et nourrir nos ambitions comme entreprise, et ce, dans le quotidien. L’ambition d’être une meilleure entreprise, bien sûr, mais surtout l’ambition de nous investir comme entreprise citoyenne !
Pour nous, être une entreprise citoyenne va bien au-delà des mots, des prix et des reconnaissances. Cette volonté s’inscrit dans nos actions de tous les jours.

Elle prend son inspiration à la source même de notre métier et du produit que nous vendons : le gaz naturel.
C’est pourquoi aujourd’hui, je souhaite vous transmettre deux bonnes nouvelles…
La première, c’est que le gaz naturel est aujourd’hui plus abordable que jamais, ce qui ouvre des possibilités de développement extraordinaires pour le Québec !

La deuxième, c’est que le gaz naturel a un très grand rôle à jouer pour relever le défi que le Québec s’est donné en matière de lutte aux changements climatiques.

Je vais donc tenter ce midi de vous décrire comment Gaz Métro réussit à établir des ponts entre développement économique et qualité de l’environnement.

Il serait en effet irresponsable d'isoler nos choix énergétiques de leurs effets sur l'environnement, tout comme il serait irresponsable de nous fixer des cibles environnementales sans se soucier de la capacité de répondre économiquement à nos besoins énergétiques fondamentaux.

Un choix économique : quand compétitivité rime avec environnement
Depuis plus de 50 ans, Gaz Métro est un partenaire du développement économique du Québec. Et les récentes nouvelles économiques sont excellentes pour nous permettre d’accroître ce rôle !
Un contexte de marché favorable

Actuellement, le contexte de marché du gaz naturel est plus que positif. Et ça, c’est une excellente nouvelle, principalement pour nos clients et pour le Québec !

Ce contexte de marché en est un que les observateurs qualifient « d'abondance en matière d'approvisionnement gazier ».
Au cours des 18 derniers mois, il s'est en effet créé un écart substantiel entre l'offre et la demande de gaz naturel en Amérique du Nord.

Au sud de nos frontières, une nouvelle technologie d'exploration par forages horizontaux, a permis la découverte et la mise en exploitation de réserves considérables de gaz naturel, issu des formations géologiques de schistes.

En seulement deux ans, la production de gaz naturel aux États-Unis a augmenté de 12 %. C'est beaucoup quand on sait que cette production est demeurée stagnante tout au long de la dernière décennie !

Dans tous les cas de figure, on peut anticiper que l’offre continentale de gaz naturel demeurera robuste au cours des prochaines années, ce qui devrait exercer une pression à la baisse sur les prix du gaz naturel.

Gaz Métro suit également avec beaucoup d'intérêt les travaux d'exploration de gaz de schiste, actuellement menés au Québec, par plusieurs producteurs gaziers. Les zones les plus prometteuses se situent dans la vallée du Saint Laurent, entre Montréal et Québec, soit en plein cœur du territoire déjà desservi par notre réseau. Gaz Métro est donc bien positionnée pour acheminer jusqu’aux marchés, le gaz éventuellement découvert sur son territoire.

Une compétitivité accrue
Depuis un an, le prix du gaz naturel offert par Gaz Métro est inférieur à celui qu’elle a affiché au cours des six dernières années.
En plus de satisfaire les besoins de chauffage de quelque 127 000 clients résidentiels, le gaz naturel dessert la très grande majorité des commerces, des écoles, des industries, des hôpitaux et autres institutions localisées le long de notre réseau.
Sur votre territoire, on parle, par exemple, du Collège Lionel-Groulx et des deux commissions scolaires Seigneurie des Milles-Îles et Sir Wilfrid-Laurier, ou encore, dans le secteur de l’alimentation, de Charcuterie de Bretagne, La Petite Bretonne, Plaisirs gastronomiques et Conagra, pour ne nommer que ceux-là.

Si on prend le secteur industriel, le gaz naturel répond à des besoins fondamentaux, et votre région est bien placée pour le savoir !
Premièrement, le gaz naturel répond parfaitement aux besoins énergétiques des procédés pour lesquels il est absolument nécessaire. On pense par exemple à la transformation du verre ou des métaux et à la fabrication d'hydrogène.
Dans plusieurs cas, la disponibilité du gaz naturel a été un véritable facteur de localisation industrielle.
L'autre besoin industriel fondamental, c'est celui de nos usines qui utilisent de l’énergie dans leurs chaudières pour combler leurs besoins importants de chauffe.

Un domaine où le mazout lourd et le gaz naturel se sont d’ailleurs déjà fait concurrence… Jusqu’à tout récemment, la position concurrentielle du mazout faisait d’ailleurs du Québec le plus grand utilisateur de ce produit au Canada, avec 41 % de la consommation totale.

Je suis ravie aujourd’hui de vous confirmer le retour en force du gaz naturel dans le secteur industriel. En effet, là où notre réseau est accessible, le gaz naturel y détrône le mazout lourd depuis maintenant plus d’un an.
 Et c’est heureux, puisque le gaz naturel émet 31 % moins de gaz à effet de serre que le mazout et, contrairement à celui-ci, il n’émet pratiquement aucun contaminant atmosphérique.

Comme je l’ai déjà dit, le gaz naturel est actuellement concurrentiel sur tous nos marchés et par rapport à toutes les autres formes d’énergie. Sur le marché affaires, le marché où se classent une majorité de vos entreprises, on bat tous nos concurrents depuis onze ans !
Aujourd’hui, le prix du gaz naturel bat même ceux de l’électricité et du mazout sur les marchés résidentiel, commercial, institutionnel et industriel.
J’espère que vous êtes nombreux à en profiter ! Si ce n’est pas le cas, on peut peut-être arranger ça… ! Le directeur principal des Ventes de Gaz Métro est justement dans la salle. Avis aux intéressés !

Un avantage environnemental
Évidemment, tout ne peut pas fonctionner au gaz naturel, exactement comme tout ne devrait pas être à l’électricité.  Chez Gaz Métro, nous gardons deux choses à l’esprit.

La première, est l'utilisation de la bonne énergie à la bonne place.
Pour faire fonctionner une ampoule, l’électricité est irremplaçable. Mais pour chauffer l’air et l’eau, le gaz naturel s’impose en fournissant son efficacité maximale.

La seconde chose est la priorité que l'on doit d'abord donner à l'efficacité énergétique, ensuite aux énergies renouvelables utilisées à bon escient et, finalement, à l'utilisation du gaz naturel, qui doit être privilégié par rapport aux produits pétroliers, chaque fois que cela est possible.

La plus grande compétitivité du gaz naturel permet ainsi à nos entreprises d’être plus concurrentielles, tout en minimisant leur empreinte écologique. Du côté commercial et résidentiel, et particulièrement pour ce qui est des nouveaux développements, le gaz naturel peut aussi jouer un rôle de premier plan. Par exemple, à Blainville, les projets Fontainebleau et Faubourg Boisbriand sont de très belles vitrines pour ce qui est d’une utilisation efficace du gaz naturel. Je me permets d’ailleurs de souligner l’initiative novatrice dont a fait preuve le Faubourg Boisbriand pour obtenir la certification LEED Or (secteur résidentiel-2e phase qui est à 100 % au gaz naturel), la plus haute norme au pays en matière de construction écoénergétique et durable ! Bravo !

Contrairement à certains préjugés, le gaz naturel a un rôle à jouer au Québec en matière de développement économique, environnemental et social. Le remplacement du mazout lourd ou les projets de construction durable en sont des exemples probants.

Le rôle central de l’efficacité énergétique
Comme on vient de le constater, le gaz naturel érige donc clairement un pont entre développement économique et qualité de l’environnement. Évidemment, chez Gaz Métro, la première priorité demeure d’aider nos clients à économiser l’énergie et à l’utiliser le plus judicieusement possible. C’est pourquoi nous avons mis en place, depuis le début des années 2000, de nombreux programmes d’efficacité énergétique qui répondent aux besoins de nos différentes catégories de clientèle.

Entre 2000 et 2009, ce sont plus de 66 000 clients qui ont profité de nos programmes ! Ils ont pu ainsi économiser 70 millions de dollars et éviter les émissions de 320 000 tonnes de gaz à effet de serre, soit l’équivalent des émissions annuelles de 95 000 voitures !
Je sais que les commissions scolaires de votre région et de nombreux clients d’affaires profitent ou ont déjà profité des programmes d’efficacité énergétique de Gaz Métro. Nous serons très fiers de pouvoir vous accompagner dans vos nouveaux projets si ce n’est encore fait !

Un choix environnemental : des nouveaux projets dans l’air
Aujourd’hui, la compétitivité du gaz naturel permet de nourrir les ambitions de Gaz Métro pour mener à terme des projets énergétiques porteurs. Des projets qui s’inscrivent dans la lignée de ceux que nous avons entrepris il y a quelques années pour diversifier de façon prudente nos activités.

Gaz naturel pour véhicules
Par exemple, Gaz Métro cherche à étendre sa portée commerciale jusque dans le secteur du transport terrestre, où nous sommes aujourd’hui absents.  Gaz Métro aspire à faire du gaz naturel un carburant privilégié, notamment par les flottes de véhicules lourds qui roulent actuellement au diesel.

En effet, bien que l’électricité semble être une solution envisageable de remplacement du pétrole pour les véhicules de promenade (transport terrestre individuel), il n’en va pas de même pour le transport lourd. La Politique québécoise sur le transport routier de marchandises 2009-2014 reconnaît d’ailleurs que seul le gaz naturel peut remplacer le diesel et contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Je me permets ici de saluer les mesures annoncées par le gouvernement du Québec dans son dernier budget. En effet, le budget 2010 comprend des mesures fiscales qui vont permettre aux transporteurs routiers de marchandises de continuer à jouer un rôle déterminant pour notre économie, tout en réduisant dès à présent leur empreinte écologique. Il s’agit d’un signal clair lancé par le gouvernement du Québec pour déployer des initiatives technologiques visant la réduction rapide des gaz à effet de serre.

Comme vous le savez, au Québec, le secteur du transport routier constitue le plus grand émetteur de gaz à effet de serre, avec 40 % des émissions totales. Le transport lourd de marchandises génère, à lui seul, 32 % des émissions de gaz à effet de serre du transport routier québécois.

La plus forte concentration de déplacements de camions lourds se trouve entre le Québec et l’Ontario, quatrième zone économique en Amérique du Nord. Chaque semaine, 48 000 déplacements sont ainsi effectués sur les autoroutes 20 et 401. Il est reconnu que les véhicules qui utilisent le gaz naturel permettent une réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 25 % par rapport au diesel et aux autres carburants pétroliers. Il s’agit d’une solution existante et immédiatement accessible pour réduire l’empreinte environnementale de l’activité économique.

Les véhicules au gaz naturel sont également moins nocifs pour la santé. Le gaz naturel n’émet pas de contaminants atmosphériques (oxydes d’azote et particules fines), ce qui pousse certains acteurs du milieu du camionnage à parler de « camions anti-smog ».
Nous avons bon espoir de donner vie à cette filière au Québec. Une filière prometteuse au plan environnemental, mais aussi au plan commercial puisqu’il s'agirait d'un tout nouveau débouché pour le gaz naturel.

Biométhanisation
Cette même mouvance qui mise sur la compatibilité « environnement – énergie », pave la voie à une autre possibilité commerciale pour Gaz Métro : celle de la biométhanisation des matières organiques. Je sais que c’est un sujet qui intéresse certains d’entre vous puisque la Société de développement économique Thérèse-De Blainville (la SODET) compte, sur son territoire, une entreprise d’avant-garde dans le domaine : Xebec, une entreprise reconnue dans le domaine de la purification de biogaz.

Dès cette année, de la volonté même du gouvernement du Québec, les matières organiques ne seront plus, comme avant, acheminées vers des sites d'enfouissement, mais bien dirigées vers des centres de biométhanisation. Plusieurs municipalités analysent la possibilité de valoriser leurs matières résiduelles en gaz naturel, et nous souhaitons collaborer avec elles pour leur apporter notre expertise énergétique.

Gaz Métro travaille en ce moment même avec différents partenaires (économiques, municipaux, environnemtaux) pour définir les modalités techniques et économiques d’injection de ce nouveau type de gaz dans son réseau, le tout afin de continuer d'assurer un service fiable et sécuritaire.

À terme, le biométhane pourrait être injecté dans notre réseau et acheminé jusqu’aux marchés que nous desservons. Notre métier et nos actifs sont en effet éminemment compatibles avec cette solution, que Gaz Métro juge prometteuse, pour contribuer à répondre aux besoins énergétiques du Québec.

Gaz Métro est un agent facilitateur dans le développement à court terme de cette filière :

  • Notre présence sur un large territoire, particulièrement dans les régions urbaines, où la densité de la population est importante et où davantage de déchets sont produits;
    Notre savoir-faire en matière de construction de conduites et de leur fonctionnement;
  • Et nos relations privilégiées avec les collectivités, sont autant d'atouts qui contribueront à l’émergence du biométhane au Québec.
  • Notre intérêt pour le biométhane ne s'arrête pas là puisqu'à terme, il pourra aussi alimenter les flottes de camions lourds qui auront privilégié le gaz naturel en remplacement du diesel.
En effet, un véhicule propulsé au biométhane émet 85 % moins de gaz à effet de serre que le diesel.

Conclusion
Peu d’entreprises de distribution gazière en Amérique du Nord ont entrepris ce type d'initiatives. Comme vous pouvez le constater, nous entendons être de celles qui tracent la voie.

 Gaz Métro bouge !
 Gaz Métro change !
 Gaz Métro évolue !
 
Elle est un partenaire central de la société québécoise, dans l’atteinte de ses objectifs sociaux, énergétiques, environnementaux et économiques. Ici-même, au Québec, aux côtés de l’électricité, le gaz naturel a sa place, une place grandissante, comme vous avez pu le constater, tant sur l’échiquier environnemental qu’économique.

Voilà qui nous donne, à tous, une raison supplémentaire d’espérer la vie en mieux. Je vous remercie de votre attention et du temps que vous m’avez consacré aujourd’hui. Je vous souhaite, en terminant, une excellente fin de journée.
      Retour aux nouvelles