Étude de cas - Commission scolaire des Premières-Seigneuries

La Commission scolaire des Premières-Seigneuries (CSPS) compte 74 écoles, centres de formation et édifices administratifs dans la région de Québec. Au fil des ans, elle a profité des mesures incitatives de Gaz Métro pour convertir une vingtaine d’établissements. Depuis 1990, les économies sont au rendez-vous, et les jeunes sont fiers de fréquenter une école qui fournit sa part d’efforts pour l’environnement. Si le réseau pouvait couvrir les 74 bâtiments de la CSPS, tous seraient alimentés au gaz naturel.

La Commission scolaire des Premières Seigneuries a reçu
93 300 $
en subventions.

La Commission scolaire des Premières Seigneuries économise
58 %
par année par rapport au mazout.

Un accompagnement proactif et des conversions payantes

Puisque certains bâtiments de la CSPS utilisent encore le mazout tandis que d’autres ont été convertis au gaz naturel, la comparaison est facile. « Au mètre carré, le gaz naturel est notre source d’énergie la moins coûteuse et la plus performante », affirme Roger Lemieux, coordonnateur des ressources matérielles pour la CSPS.

Troquer le mazout pour le gaz naturel a permis à l’administration de se débarrasser des vieux réservoirs, de contribuer à la réduction des gaz  à effet de serre (GES) en plus d’alléger considérablement ses budgets d’exploitation, d’entretien, d’entreposage, d’approvisionnement, etc.