Cause tarifaire 2018 : nouveaux tarifs proposés

Dans le cadre de la cause tarifaire 2018, Gaz Métro a déposé à la Régie de l’Énergie le 1er mars dernier les taux proposés pour l’année 2017-2018. S’ils sont approuvés :
  • Les taux de distribution augmenteraient de 3,3 % en moyenne;
  • Le taux de transport baisserait de 11 % : il se situerait à 3,757 ¢/m³ (0,991 $/GJ);
  • Les taux d’équilibrage augmenteraient de 35,6 %.

Globalement, pour l’ensemble des services de transport, d’équilibrage, de distribution, d’ajustement des inventaires et de SPEDE (Système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effets de serre), la Cause tarifaire 2018 se traduit pas une hausse des tarifs de 3,7 %.

Si la Régie approuve cette nouvelle proposition, l'ensemble des modifications seraient en vigueur au 1er octobre 2017.

Distribution Transport
Équilibrage
  • Hausse de l’amortissement des frais reportés (+)
  • Hausse de l’amortissement des immobilisations (+)
  • Baisse des dépenses liées au PGEÉ (-)
  • Croissance des volumes (-) 
  • Déplacement à Dawn (-)
  • Manques à gagner importants à récupérer en 2017 vs 2018 (-)
 
  • Manque à gagner important de 30,7 M$ à récupérer en 2018 vs un trop-perçu de 7,2 M$ à remettre aux clients en 2017 (+)
  • Évolution des profils (+)

Suivi sur l'offre interruptible

Gaz Métro attend toujours une rétroaction sur les offres présentées à la Régie de l’énergie au printemps 2016 en ce qui concerne l’offre interruptible. Ces offres prévoient notamment :
  • l’abolition du tarif D5, avec la mise en place de mesures transitoires;
  • l’ajout d’un nouveau volet « Interruptible » au service d’équilibrage, avec une option saisonnière et une option de pointe;
  • une rémunération basée sur des crédits fixes et variables (en fonction du nombre de jours d’interruption).

Dans la perspective d’une décision favorable prise à court terme par la Régie, Gaz Métro anticipe une implantation en octobre 2018.

Économisez avec le soleil

Saviez-vous qu’il est possible de consommer plus efficacement et de réduire vos émissions de gaz à effet de serre (GES) grâce à des technologies qui utilisent l’énergie renouvelable? En effet, non seulement l’énergie solaire peut-elle produire de l’électricité au moyen de panneaux solaires photovoltaïques, mais elle peut également servir à préchauffer l’air de ventilation des bâtiments.

Selon votre type de bâtiment et les activités qui s’y déroulent, une quantité minimale d’air frais provenant de l’extérieur doit être admise à l’intérieur. En période hivernale, il faut chauffer cet air pour ne pas nuire au confort des occupants. En répondant à ce besoin, tout en réduisant la consommation d’énergie directement liée à la ventilation du bâtiment, on pourra installer des panneaux solaires thermiques.

Que sont les panneaux solaires thermiques?

Il s’agit d’une structure installée sur le mur extérieur le plus exposé au soleil, ou même, sur le toit du bâtiment dans le cas de certains modèles. L’air compris entre la structure et le mur du bâtiment est chauffé par le soleil, et sa température peut augmenter de 5 à 30 °C selon les conditions météo, le type de panneaux et leur installation. Cet air préchauffé est ensuite aspiré par le système de ventilation à gaz naturel.

Gaz Métro offre un programme de préchauffage solaire, qui peut donner droit à une aide financière allant jusqu’à 200 000 $ et produire des économies de gaz naturel évaluées à 2 $/m3. Les économies d’énergie et la rentabilité des projets sont calculées à l’aide du simulateur RetScreen mis au point par Ressources naturelles Canada.

En 2016, sept clients ont participé à notre programme, et ont ainsi pu économiser 205 000 m3 de gaz naturel.

Consulter le guide du participant du programme

N’hésitez pas à communiquer avec nous afin de planifier une visite de vos installations au cours de laquelle nous pourrions discuter de projets écoénergétiques à venir.

   Appel d'intérêt : achat d'unités d'émissions - échéance le 21 avril

Afin de couvrir ses besoins liés au système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de gaz à effet de serre (SPEDE) tout en réinjectant les fonds au Québec, Gaz Métro souhaite acheter des unités d’émissions auprès de ses clients grands émetteurs désirant disposer d’unités d’émissions qui dépassent leurs besoins. Celles-ci peuvent avoir été acquises dans des ventes aux enchères ou par des transactions de gré à gré, ou encore, obtenues gratuitement du gouvernement du Québec. Gaz Métro lance ainsi un nouvel appel d’intérêt afin de discuter d’offres qui pourront, le cas échéant, se traduire par des transactions d’unités d’émissions à brève échéance.

Pour toute question ou pour signifier votre intérêt, communiquez par courriel avec Hugo Levert, conseiller sénior Marché du carbone, ou par téléphone au 514 598-3186.

Le saviez-vous

Gaz Métro a annoncé à l’automne 2016 avoir acquis les crédits compensatoires générés par la société WSP Canada Inc. dans le cadre de projets de capture et de destruction des biogaz émanant de quatre sites d’enfouissement situés au Québec. La technologie installée par WSP permettra une réduction permanente des émissions de GES de près de 140 000 tonnes métriques en équivalent CO2 pour la durée des ententes. Pour Gaz Métro, ce partenariat témoigne de notre volonté de contribuer à atteindre les cibles environnementales québécoises, tout en s’investissant à long terme auprès de nos partenaires d’affaires au Québec.

   Prix du gaz naturel

Cet hiver, comme bien d’autres, le marché du gaz naturel a subi la forte influence des températures atypiques. Si les mois de novembre et décembre se sont soldés par des degrés-jours de chauffage très près des normales, janvier et février ont été beaucoup plus chauds que la moyenne des trente dernières années. Ils ont même été plus chauds que l’hiver dernier, qui avait subi les effets d’un très fort courant El Niño.
 Cette situation a entraîné une baisse soudaine des prix du gaz naturel à Dawn dès la fin du mois de décembre, en raison des prévisions d’un réchauffement important en janvier. Les prix ont continué de baisser progressivement par la suite. Le 27 décembre 2016, le prix au comptant du gaz à Dawn était de 5,79 $/GJ, alors qu’à la fin de février, il s’élevait à 3,28 $/GJ.
À quoi peut-on s’attendre au cours des prochains mois?
Globalement, les surplus de gaz naturel sur le marché continental ont largement diminué en raison de la baisse de la production aux États-Unis et de la croissance des exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) et des exportations vers le Mexique. Par contre, à Dawn, on s’attend à une augmentation de l’offre, particulièrement au cours de la prochaine année, ce qui devrait théoriquement exercer une pression à la baisse sur les prix à ce point.

En effet, le 22 février 2017, TCPL a relancé un appel d’offres pour un service de transport à long terme et à prix fixe (LTPF) entre Empress et Dawn. Ce service a été conçu pour permettre au gaz de l’Ouest du Canada de faire concurrence au gaz de Marcellus/Utica au carrefour de Dawn. Le tarif du LTPF est de 0,77 $/GJ, comparativement à 1,83 $/GJ pour le tarif régulier sur le tronçon Empress-Dawn. L’appel d’offres s’est terminé le 9 mars 2017 et a reçu des engagements de 1,5 PJ/j, soit la cible souhaitée par TCPL pour mettre ce service en vigueur. Le terme des contrats est de dix ans avec une mise en service prévue pour le 1er novembre 2017.

En plus de l’augmentation de l’offre à Dawn en provenance de l’Ouest du Canada, nous nous attendons à une croissance des flux gaziers en provenance de Marcellus/Utica. En effet, le projet Rover a reçu l’approbation du FERC en février dernier et sera, selon son promoteur Energy Transfert, également mis en service le 1er novembre 2017. Le nouveau gazoduc augmentera de manière considérable la capacité de l’Est du Canada à s’approvisionner dans les bassins des Appalaches. Rover est un projet de pipeline d’une capacité totale de 3,25 Bcf/j entre Clarington et Defiance en Ohio, avec un autre segment de 1,3 Bcf/j entre Defiance et Dawn. Mentionnons par ailleurs que le projet Nexus, qui prévoit le transport de 1,5 Bcf/j à Dawn est un autre projet susceptible d’augmenter la quantité de gaz naturel disponible à Dawn. Toutefois, ce projet n’a toujours pas reçu l’autorisation requise du FERC.

Au 31 mars, les prix à terme à Dawn se chiffraient à 4,16 $/GJ pour l’été 2017, et à 4,47 $/GJ pour l’hiver 2017-2018.