Les interruptions - prévision du nombre probable et maximum

Savez-vous comment notre équipe arrive à établir un nombre de jours d’interruption prévu et maximum en période hivernale, sans boule de cristal? Survol d’un processus complexe d’une grande importance.

survol du processus

Lors de l’établissement de son plan d’approvisionnement, Gaz Métro établit le nombre prévu de jours d’interruption en se basant sur un « scénario de base », qui considère une demande projetée à température normale1, ainsi que nos différents outils d’approvisionnement disponibles pour la période d’hiver. Regardons plus spécifiquement chaque élément.

1- Demande projetée
Gaz Métro effectue a priori une projection mensuelle de la demande continue et interruptible (volet A et B) pour l’année financière. À l’aide d’un modèle mathématique, cette demande est alors répartie quotidiennement en fonction des conditions climatiques (température et vent) projetées.

2- Approvisionnements
Les outils d’approvisionnement sont établis de façon à répondre :
    1. à la demande continue en journée de pointe;
    2. aux besoins de la demande totale (continue et interruptible) lors d’un hiver extrême.
Le Bulletin bleu Grandes entreprises de mars 2015 détaille d’ailleurs ces différents outils et leur utilisation.

3- Évaluation des interruptions

Pour chacune des journées d’hiver (1er novembre au 31 mars), Gaz Métro simule l’utilisation des outils d’approvisionnement disponibles pour répondre à la demande, en priorisant la demande continue. Une journée d’interruption est enclenchée lorsque les outils de Gaz Métro ne lui permettent pas de répondre à la demande totale (continue et interruptible). Normalement, plus la température est froide, plus la demande totale est élevée et plus le risque d’interruption est présent. Toutefois, selon la durée des périodes froides et le moment de l'hiver, les outils d’approvisionnement pourraient ne plus être fonctionnels à leur pleine capacité. Il est donc parfois nécessaire d’envisager une journée d’interruption ou de maintenir une interruption déjà en place lors de températures clémentes.  

Selon le besoin, Gaz Métro peut interrompre certains ou tous les clients du service interruptible. L’ordre d’interruption est en fonction du palier tarifaire de chaque client (voir nos Conditions de service et Tarif, article 16.4.6). Ces dernières années, plusieurs clients interruptibles sont passés au service continu, diminuant ainsi les volumes dits interruptibles. Cette migration a comme conséquence que les interruptions sont souvent enclenchées en deux grands blocs : « paliers 5.7-5.8-5.9 » et « tous les paliers ». À titre informatif, pour l’hiver 2016, le volume total de la clientèle au service interruptible représente 44 000 GJ/jour, soit plus de deux fois moins que le volume qui prévalait lors de l’hiver 2013. Cette quantité représente un peu moins de 3 °C en variation de température.   

Quant au nombre maximum de jours d’interruption indiqué dans le document Conditions de service et Tarif, celui-ci est établi en projetant la demande sous des conditions climatiques extrêmes.

Évidemment, puisque la demande réelle varie de celle projetée, et qu’il en va de même pour les températures, le nombre réel de jours d’interruption diffère du nombre prévu au début de la période hivernale. Il pourrait même atteindre le nombre maximum advenant des conditions climatiques extrêmes. 

En terminant, le nombre prévu de jours d’interruption ne demeure qu’une estimation, présenté à la clientèle au service interruptible afin de les aider dans la planification de leur approvisionnement alternatif lors des journées d’interruption. Toutefois, considérant que le nombre maximum de journées d’interruption indiqué au document Conditions de service et Tarif est plus élevé, les clients ne devraient pas se fier uniquement au nombre prévu de jours d’interruption établi à température normale pour effectuer leur planification d’approvisionnement alternatif.

Suivis réglementaires et tarifaires

entente entre les distributeurs et transcanada pipelines limited (tcpl) dans le dossier énegie est

Dans son avis rendu public le 7 janvier 2015, la Régie soulignait que le projet Oléoduc Énergie Est devait être revu de façon à assurer aux expéditeurs gaziers qu'ils ne financeront pas le volet pétrole du projet et qu'ils n'auront pas à assumer un risque plus grand qu'actuellement.

Forte de cet avis et du soutien du gouvernement, Gaz Métro, avec ses partenaires distributeurs ontariens, Union Gas et Enbridge, ont conclu une entente de principe avec TCPL le 17 août 2015 portant sur le projet Énergie Est quant à l'approvisionnement gazier du Québec et de l'Ontario. Cette entente vient dissiper plusieurs incertitudes sur le contexte du marché gazier pour les consommateurs de l’est de l’Ontario et du Québec. TCPL modifiera donc sa demande relative aux projets Énergie Est et Eastern Mainline en instance dans le dossier de l’Office National de l’Énergie (ONE) pour refléter le contenu de l’entente. Ainsi, TCPL assumera les risques de construction liés au projet, la capacité de transport offerte sera basée sur l’appel d’offres de nouvelle capacité de 2017 et inclura une capacité excédentaire de 50 000 GJ/jour laquelle sera mise à la disposition du marché de l'Est et générera 100 M$ de valeur pour les clients de l'Est à l'horizon 2050.

L’entente définitive entre les distributeurs et TCPL devrait être conclue au plus tard le 30 octobre 2015.

consultations au sujet de la révision du service interruptible

Un nouvel environnement gazier, un nombre élevé de migrations vers le service continu au cours des dernières années et une demande de la Régie concernant la possibilité de mettre en place un service interruptible couvrant la demande observée lors des journées les plus froides a mené Gaz Métro à rechercher des solutions de remplacement à son offre interruptible actuelle.

Dans ce contexte, du 14 au 22 septembre, Gaz Métro a procédé à une série de rencontres avec plusieurs clients de la grande entreprise afin de leur présenter de nouvelles offres possibles pour le service interruptible. Ces rencontres visaient à obtenir leur opinion et évaluer leur intérêt éventuel à participer à la nouvelle offre interruptible, selon les différents scénarios envisagés.

Gaz Métro prévoit produire une demande d’approbation à la Régie concernant la nouvelle option de gaz naturel interruptible à l’automne 2015. Pour toute information concernant la consultation, n’hésitez pas à joindre votre conseiller attitré.

retard réglementaire en voie d'être rattrapé

Dans le but de rattraper le retard au niveau de l’approbation par la Régie des Conditions de service et Tarifs, cette dernière a entrepris, en juin 2014, de procéder à l’examen concomitant des tarifs pour 2015 et 2016 dans un seul dossier réglementaire. Dans ce dossier, la Régie a entendu Gaz Métro ainsi que les intervenants lors d’audiences tenues du 8 au 17 septembre 2015.

Gaz Métro a suggéré à la Régie de rendre une décision partielle portant sur tous les aspects ayant trait aux tarifs dès novembre 2015 afin d’être en mesure d’appliquer des tarifs finaux pour 2016 dès le 1er janvier 2016. Au moment d’écrire ces lignes, la Régie n’avait pas encore indiqué si elle accédait à cette demande. Dans l’affirmative, le retard réglementaire observé au cours des dernières années serait entièrement rattrapé.

mise à jour du tarif de transport

Comme annoncé lors des dernières rencontres bisannuelles avec les clients de la grande entreprise, la Régie a approuvé l’abolition de la composante « service de compression » de la tarification de Gaz Métro. Ainsi, à compter du 1er novembre 2015, Gaz Métro fournira elle-même la totalité du gaz de compression requis pour transporter le gaz naturel sur les différents tronçons jusqu’aux installations des clients qui utilisent son service de transport.

Le tarif de transport ainsi que le texte des Conditions de service et Tarif qui s’y rapporte seront modifiés afin de refléter ces changements au 1er novembre 2015.

Renforcement du réseau de transmission au Saguenay

Le 21 janvier 2015, Gaz Métro a déposé une demande d’investissement à la Régie afin d’augmenter la capacité du réseau du Saguenay dans le but de répondre à la demande de la clientèle actuelle et future.
  

Gaz Métro a ainsi recommandé de mettre à niveau la station de compression actuelle de Saint-Maurice (31 M$) et d’ajouter une station de compression à proximité de la ville de La Tuque (50 M$). Ces investissements permettront d’augmenter la capacité du réseau de transmission du Saguenay de 59 000 m³/h, soit de 51 %. Bien que ces investissements totaux atteignent 81 M$, la matérialisation des nouveaux volumes prévue devrait malgré tout générer une baisse tarifaire pour la clientèle.

Bonne nouvelle : le 22 juillet 2015, la Régie a autorisé le projet d’investissement. Ce dernier s’échelonnera sur trois ans et devrait se terminer à l’hiver 2017-2018. D’ici là, des ententes contractuelles ont été prises avec TCPL pour assurer la fiabilité d’approvisionnement de ce réseau de transmission.

   SPEDE : achat d'unités d'émissions auprès de nos clients grands émetteurs

Afin de couvrir ses besoins liés au système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de gaz à effet de serre (SPEDE) tout en réinjectant les fonds au Québec, Gaz Métro souhaite acheter des unités d’émissions auprès de ses clients grands émetteurs désirant disposer d’unités excédentaires à leurs besoins, qu’elles aient été acquises dans le cadre de transactions précédentes ou obtenues gratuitement du gouvernement du Québec.

Par l’entremise de votre conseiller, un appel d’intérêt a été envoyé à la mi-septembre afin de discuter d’offres qui pourront, le cas échéant, se traduire par des transactions à brève échéance. L’échéance pour soumettre vos propositions est le 16 octobre 2015. Pour signifier votre intérêt, veuillez communiquer avec
Hugo Levert, Conseiller sénior du marché du carbone chez Gaz Métro, au 514 598-3186. 

Départ à la retraite de Pierre Chouinard

Après une carrière de plus de 30 ans dans le milieu gazier, notamment chez Gaz Inter-Cité, Consulgaz et Gaz Métro, notre collègue Pierre Chouinard a tiré sa révérence à la fin du mois de septembre. Pierre, qui a passé la majeure partie de sa carrière aux Ventes Grandes Entreprises de Gaz Métro, était localisé à notre bureau régional de Québec. Nous lui souhaitons un bonheur bien mérité.
1 La température normale correspond à la moyenne des températures enregistrées depuis 1970 ajustées pour considérer le réchauffement climatique.